Comment rester motivé malgré votre matériel vieillissant

Le mois dernier, une amie m'a prêté son appareil photo. Un Nikon D3000 qu'elle s'est procurée en 2010. Elle adore la photo. Elle a souhaité investir il y a quelques années dans un reflex pour avoir "enfin" des photos de qualité. Le boitier est équipé de 2 objectifs standards : un 18-55 mm et un 55-200 mm. Sur le papier, tout semble idéal pour pouvoir capturer de belles photos : un reflex, un objectif permettant la prise de vue au grand angle et un téléobjectif permettant de capturer des photos de loin. 

Malheureusement, à peine quelques semaines plus tard : le sac photo est mis de coté. Mon amie se sent perdue. Les réglages de l'appareil sont trop nombreux. La notice d'utilisation est mise de coté, trop incompréhensible pour le néophyte. Il ne lui reste plus que la solution du mode : tout "AUTO". Autant dire que ce mode ne permet pas d'obtenir les photos espérées. Petit à petit, l'appareil est délaissée dans un coin de la maison. Il existe pourtant des solutions pour rester motivé et pour élargir vos possibilités de création

1 - Mon équipement pour l'expérience

Nikon D3000
Nikon D3000
Il y a quelques temps, j'ai décidé de me mettre à nouveau dans les conditions d'un photographe débutant, venant d'acquérir un appareil photo reflex d'entrée de gamme.
Je me suis équipé du Nikon D3000 de mon amie, surmonté d'un objectif 18-55 mm f/3.5 - 5.6 et d'un 55-200 mm f/4-5.6. Caractéristiques : Capteur APSC, CCD 10 millions de pixels, Plage iso 100 - 1600 iso.

J'ai profité de ce dimanche pluvieux et nuageux pour me replonger dans mes sensations de débutants.
Sans aucune intention d'exposer mes photos en galerie d'art, j'ai commencé à faire quelques portraits
 à la maison. Puis au cours d'une balade en bord de mer, je me suis essayé à un tout autre exercice : la photo "sportive".
 
Et effectivement, ça n'est si simple de réussir ses photos.
Il y a certes le problème de la composition de l'image et l’intérêt du sujet. Mais bien avant de pouvoir se confronter 
à ce questionnement, je me suis heurté à des limitations techniques. Grace à mes connaissances et mon expérience, j'ai pu trouver des solutions

2 - Mon équipement habituel

Canon 5D Mark II
Canon 5D Mark II
Habituellement je suis  équipé d'un Canon 5D mark II. 
Je possède plusieurs objectifs dont un 24-70 mm f/2.8 série L, un 24-105 mm f/4 série L
un 50 mm f/1.4, un 85 mm f/1.8
La qualité d'image des ces objectifs est indéniable. 

Le boitier permet une bonne gestion du bruit numérique en haute sensibilité. 
Couplé à une grande ouverture d'objectif, ces conditions matérielles me permettent 
de me sortir de toutes les situations.
L'autofocus du boitier couplé au moteur Ultrasonic des optiques permettent des mises au point réussies à tous les coups. 
Et même sur des sujets très rapides et des scènes très sombres.
Grace à la résolution du capteur 22 M°pixels, je peux me permettre de recadrer si besoin. 

Bref, que du bonheur.
J'ai pris l’habitude de me concentrer sur le sujet, sur le composition de mon image. Libéré des limitations techniques, je peux me consacrer à mon expression artistique. 

3 - Les photos à l'intérieur

Avant de sortir de la maison et de nous rendre à la plage, je décide de tester l'appareil photo : le Nikon D3000. La réussite des photos en intérieur est dépendante de la luminosité. Elle doit être suffisante pour avoir une vitesse d'obturation suffisamment rapide afin d'éviter le flou de bougé.
Je demande donc à Nathan de prendre la pose près de la fenêtre. Je contrôle l'écran de l'appareil : il indique 1/60s . Ouf, c'est juste mais le risque de flou est quasiment écarté. Il faudra bien-sur bien maintenir l'appareil photo.
Cliquez sur les images pour les agrandir.
Photo 1 : 1/30 s -  f/5.3 - iso 100
Photo 1 : 1/30 s - f/5.3 - iso 100
Franck Boisselier
Photo 2 : 1/60 s - F/5 - iso 100
Photo 2 : 1/60 s - F/5 - iso 100
Franck BOISSELIER
 Je me rends compte que l'autofocus est plus lent. Le temps de mise au point est rallongé par rapport à mon 5D. J'arrive tout de même à saisir quelques photos. La vitesse d’obturation est limite. Je risque le flou de bougé a chaque photo. Heureusement, l'objectif est stabilisé. Je peux avoir une vitesse d'obturation plus lente que 1/60s (1/30s dans le cas de la photo 1) sans risque de flou. L'ouverture de diaphragme est à son maximum (f/5) pour ce modèle d'objectif. 
Quelles ont été mes difficultés à réaliser ces photos en intérieur ?
Mon point de vue pour réussir ses images
  • ouverture d'objectif limitée
  • autofocus plus lent 
  • mise au point difficile dans des conditions de lumière faible
  • monté en iso du boitier limité pour une qualité d'image optimale
  • il faut adapter son rythme et être patient 
  • privilégier les endroits bien éclairés car les objectifs ont une ouverture limitée
  • en intérieur, vous serez vite contraint d'utiliser le flash intégré (chose que je ne fais jamais car le rendu de ce type de photo est tout simplement horrible).

Problème : vous serez vite limité à la quantité de lumière disponible dans votre pièce. Sans l'utilisation d'un flash, il vous sera difficile de réaliser des photos. Mais attention , l'utilisation d'un flash (intégré) ne fera pas de jolies photos.

Solution : préférer les zones bien éclairées d'une fenêtre par exemple. Si besoin, utiliser un flash déporté (pas au dessus de l'appareil). Eviter les mouvements trop rapide de votre sujet. 

4 - Les photos à l'extérieur

Ce dimanche : la météo est plutôt orageuse et très venteuse. (Attention à ceux qui disent qu'il fait toujours gris en Bretagne... !!!) Ce type de conditions est idéal pour de jolies photos. La mer déchaînée donne un aspect dramatique aux clichés. A cette saison et à cette heure de la journée, le soleil est bas. Il forme des ombres sur les vagues qui donnent du contraste et crée du relief.
Aller hop, je sors de la voiture et commence à shooter au 55-200 mm un kitersurfeur qui s'agite dans les vagues. Les conditions de lumière sont suffisantes. Le ciel est un peu laiteux, d'un gris uniforme, avec de temps en temps quelques belles percées ensoleillées. Je décide d'attendre le moment ou le soleil apparaît.
1/400 s - f/6.3 - iso 100 - focale : 200 mm
1/400 s - f/6.3 - iso 100 - focale : 200 mm
1/640 s - f/6.3 - iso 100 - focale : 200 mm
1/640 s - f/6.3 - iso 100 - focale : 200 mm
1/640 s - f/6.3 - iso 100 - focale : 200 mm
1/640 s - f/6.3 - iso 100 - focale : 200 mm
Après plusieurs essais infructueux, je parviens tout de même à saisir 2 - 3 photos correctement exposées et composées. Passer à cet type d'appareil nécessite un peu plus de "patience". L'autofocus est nettement plus lent qu'avec mon matériel habituel. Il a du mal à "accrocher" le sujet. Tant bien que mal, au fur et à mesure des essais, je trouve enfin mon rythme : posé et patient. Mais cela ne me correspond pas du tout. J'aime que mon appareil réponde rapidement.

Problème : L'autofocus est un peu moins précis qu'avec un appareil haut de gamme (bien évidemment).

Solution : soyez patient et précis avec votre collimateur. Dans ce cas, j'utilise le collimateur central qui sera le meilleur. 

5 - Le bilan

Les difficultés du boitier

Les difficultés de l'objectif

18-55 mm
18-55 mm
  • Montée en iso quasi-impossible : maxi 400 voire 800 exceptionnellement
  • La mise au point est plus difficile dans des conditions de lumière en intérieur.
  • impossibilité de shooter en format RAW.
55 - 200 mm f/4.5-5.6
55 - 200 mm f/4.5-5.6
  • Autofocus un peu mou
  • Ouverture de diaphragme limitée 
Cela faisait longtemps que je n'avais pas rencontré de telles difficultés liées au matériel. Il faut se l'avouer mais posséder un Canon 5D mark II vous permet de travailler confortablement. 
Malgré tout, j'ai passé un bon moment et je trouve que ce boitier s'en sort honorablement.

La plus grosse contrainte est l'ouverture limitée du diaphragme des objectifs. Une ouverture à f/5.6 est 8 fois moins lumineuse que f/2.0. Et la différence est énorme.

Avec ce type de matériel, la prise de vue doit être appréhender avec une autre échelle de temps. Il faut être patient, prendre le temps de faire la mise au point. Il sera donc plus difficile de faire des photos d'action. Pour réussir ses photos, vous devez connaître les limites de votre appareil. Par exemple, pour cet appareil, ne pas monter au dessus de 400 iso voire 800.
 Les photo prises dans des conditions de lumière faible engageront irrémédiablement une montée en iso et le déclenchement du flash. Pour info, je proscris l'usage du flash automatique. Pour pallier au manque de piqué d'image avec ces objectifs, il vous faudra être intransigeant sur la composition de votre image et le choix du sujet de la photo.

J'ai raté beaucoup de photos. En effet, j'ai vite été limité par l'ouverture de diaphragme, insuffisante à f/5.6.

Image floue - Lumière insuffisante - La vitesse d'obturation est trop lente -  200 mm - 1/5 s - f/5.6 - iso 100
Image floue - Lumière insuffisante - La vitesse d'obturation est trop lente - 200 mm - 1/5 s - f/5.6 - iso 100
Image floue - L'autofocus n'a pas pu faire la mise au point.  200 mm - 1/160 s - f/5.6 - iso 100
Image floue - L'autofocus n'a pas pu faire la mise au point. 200 mm - 1/160 s - f/5.6 - iso 100
A travers ces difficultés rencontrées, il est nécessaire de pouvoir shooter avec une vitesse d’obturation plus rapide. Dans le cas des photos en intérieur, la vitesse a souvent été insuffisante. Trop lente pour limiter le flou de bougé. Et trop lente pour figer le mouvement des photos de sujets rapides. 

6 - Avec de la patience, de jolies images

Malgré tout, il est tout de même possible de réaliser de jolis clichés. Voici une sélection des quelques photos réalisées pendant cette sortie. 
Avec quelques retouches simples et rapides sous Lightroom (logiciel Adobe), j'ai pu booster les images pour les rendre plus les couleurs plus percutantes. 

Mettez l'accent sur la composition de votre image

200 mm - 1/500 s - f/5.6 - iso 100
200 mm - 1/500 s - f/5.6 - iso 100
Franck BOISSELIER
200 mm - 1/500 s - f/5.6 - iso 100
200 mm - 1/500 s - f/5.6 - iso 100
Franck BOISSELIER
200 mm - 1/400 s - f/5.6 - iso 100
200 mm - 1/400 s - f/5.6 - iso 100
Franck BOISSELIER
100 mm - 1/250 s - f/4.5 - iso 100
100 mm - 1/250 s - f/4.5 - iso 100
Franck BOISSELIER

7 - En conclusion

Cela fait toujours du bien de renouer avec ses première expériences et de ressentir les difficultés auxquelles sont confrontés les photographes débutants.
Je suis passé aussi par ce long chemin qu'est l'apprentissage de la photo. 
On se rend vite compte que le problème auquel on est confronté, est le manque des capacités de l'objectif et non pas celles du boitier.
C'est pourquoi, je vous conseille vivement d'investir dans un autre objectif qui vous permettra de vous défaire de ces contraintes limitantes.

Réaliser de belles photos : Soignez votre composition, elle est essentielle. Soyez patient, posé. Privilégiez les endroits lumineux. 

Conseil du problème n°1 à résoudre : investissez dans un objectif lumineux. Il vous permettra de remédier aux problèmes de faible luminosité. 

Un objectif vous suivra tout au long de votre vie de photographe. Il sera compatible avec les futurs boîtiers. 
C'est pour cette raison que je conseille aux débutants qui veulent évoluer sans casser leur tirelire, de s'équiper d'un 35 mm ou un 50 mm à grande ouverture. 
Je vous en parle très prochainement dans un nouvel article consacré à quelle objectif choisir.

Ces articles pourraient vous intéresser

C'est l'été !! 3 trucs que vous devez savoir pour des PORTRAITS réussis en plein soleil.

Chic c'est l'été !! Pendant vos congés, vous allez pouvoir vous prélasser au bord de l'eau, vous détendre. Vous aller profiter de votre temps libre pour vous adonner à votre loisir préféré, la photo. Et oui, cette période est idéale pour travailler …

La photo de mariage : nouvelle saison

La photo de mariage :  Les photos sont visibles sur mon site spécialement dédié aux mariages. Vous pouvez cliquer sur le …

Comment rester motivé malgré votre matériel vieillissant

Le mois dernier, une amie m'a prêté son appareil photo. Un Nikon D3000 qu'elle s'est procurée en 2010. Elle adore la photo. Elle a souhaité investir il y a quelques années dans un reflex pour avoir "enfin" des photos de qualité. Le boitier est équipé …

Vos réactions (4)

Bonjour puis je utiliser un 50mm APSC pour un plein format? Merci pour les réponses...

par Louis , il y a 2 ans

Les objectifs spécialement développés pour les appareils Apsc ne peuvent se monter sur les FF (Full Frame ou plein-format). L'image projetée par l'objectif APSC ne couvrira pas la totalité du capteur FF.
J'en parlerai jeudi soir 06 oct. à 20h30 dans l'"émission en live. Je ferai un point complet sur le rapport entre le capteur et les objectifs..

par Franck , il y a 2 ans

Merci pour ce commentaire sur les boitiers ancienne génération et objectifs "standards" vendus souvent avec le boitier.
Effectivement les photos dite sportives nécéssitent souvent du materiel un peu haut de gamme, mais je suis persuadé que le type de matériel que vous avez testé pourrait convenir à bien des situations avec un peu de créativité et de conaissances sur le matériel. Et je pense que si on maitrise bien son "matos" on peut faire de bonnes photos, surtout qu'il existe de nombreux logiciels de retouches photos qui font des miracles. A bientôt Claude

par Claude , il y a 2 ans

Je lis 06 octobre à 20h30 pour l'émission en live est-ce exacte ? merci

par Claude , il y a 2 ans

Bonjour Claude,
il s'agit de l'émission qui a eu lieu le 06 oct. 2016 dernier. Je parlais du facteur de recadrage engendré par les capteurs Aps-c..
Vous pouvez lire l'article concernant ce principe ici :
franckboisselier-studio.com/p-Crop_factor
Merci encore pour vos commentaires.
Au plaisir.
Franck

par Franck , il y a 2 ans

Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir commenter !

Flux RSS des commentaires